www.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.fr
logo
Le droit de l'Océan Indien
en un clic!

RJOI Numéro 23

RJOI Numéro 23
Élise RALSER

Editorial

1Une fois n’est pas coutume, le numéro 23-2016 est entièrement consacré à la jurisprudence locale. Jonglant entre la version en ligne et la version imprimée, l’équipe éditoriale a en effet préféré attendre un peu et publier l’ensemble des commentaires dans un même numéro, plutôt que de manière éparse, au fil des précédents numéros. Mais c’est toujours avec la même rigueur et la même ardeur, desquels ils sont coutumiers, que les rédacteurs de ces chroniques, enseignants-chercheurs avertis et doctorants prometteurs, ont analysé et commenté les décisions des juridictions tant judiciaires qu’administratives de La Réunion, de Mayotte, mais aussi de métropole lorsqu’en appel ou en cassation, un arrêt rédigé à Bordeaux ou à Paris intéresse les justiciables de nos îles. À l’image de la ligne d’horizon et des eaux du lagon de La Réunion, leur approche est droite et leur plume limpide, de manière à éclairer le lecteur sur l’application du droit dans l’océan Indien, dans les domaines les plus divers.

2Comme à l’accoutumée, ces chroniques de « jurisprudence locale » sont le fruit d’une étroite collaboration entre les magistrats de La Réunion et de Mayotte (qui nous transmettent leurs décisions), l’association LexOi et la faculté de droit et d’économie de l’université de La Réunion. Un témoignage, s’il en est, que le droit ne peut être qu’un droit vivant et qu’il n’y a de véritable règle de droit qu’appliquée et interprétée. Nous profitons également de ce numéro pour remercier vivement les éminents praticiens, magistrats, présidents de juridiction et chefs de cour qui nous assurent, continuellement, de leur fidélité.