www.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.fr
logo
Le droit de l'Océan Indien
en un clic!

Bibliographie

RJOI Numéro 10 - Année 2010, Page : 277

1 - Ouvrages généraux, spéciaux, monographies

Texte intégral

PDF

1ANNOUSSAMY, David, Le droit indien en marche, vol. 2, société de législation comparée, 2009

2SERMET, Laurent, Une anthropologie juridique des droits de l’homme. Les chemins de l’Océan Indien, éd. des archives contemporaines, 2009

3Résumé :

4Les sociétés indo-océanes, coloniales et postcoloniales, plurielles, en mouvement constant, sont propices à l’observation de la diversité et à la multiplicité des figures du droit, explicites ou cachées, qui illustrent l’extrême variété de la condition humaine. Cette condition humaine, le droit la retrace certainement mais jamais plus toutefois que sous la forme d’une ombre projetée. De surcroit, l’immensité des champs que la règle de droit est amenée, dans l’espace et le temps, à recouvrir est indiscernable.

5L’ouvrage met en évidence des productions juridiques indo-océanes, jugées originales et représentatives d’une pratique sociale ou culturelle. Un canevas relie celles-ci sur la base d’une double relation entre droit et cultures et la relation entre droit et pouvoir. Cette double interrelation principale prétend présenter un classement des normes juridiques, prises à travers l’exemple des normes indo-océanes et offrir une grille d’analyse, partant du simple pour comprendre le complexe, en absorbant par le truchement de la règle juridique certains des thèmes significatifs de la condition humaine. Deux tensions majeures sont décrites. La première concerne l’opposition entre asservissement par le droit et libération par le droit. Sa résolution appelle une posture politique radicale qui vise à faire émerger un droit des Droits de l’homme. La seconde tension majeure est plus délicate à résoudre. Elle intéresse la pensée moderne et la pensée traditionnelle et illustre leur incapacité à entretenir un dialogue constructif, porteur d’un équilibre dynamique, fondateur d’un droit tiers et concilié. Souvent, leurs rapports aboutissent à des solutions radicales et caricaturales, évidemment conservatrices, négatrices de l’altérité. Par exception, le cas du droit pluraliste malgache de la famille montre qu’un dialogue entre les sources formelles, la loi et la coutume est réalisable.

6Il est le prélude à un dialogue plus délicat à engager dans la perspective d’un droit nouveau, le droit de l’altérité et de soi. Ainsi l’océan indien ouvre la voie à une anthropologie juridique des droits de l’homme.