www.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.fr
logo
Le droit de l'Océan Indien
en un clic!

Actualités

RJOI Numéro 12 - Année 2011, Page : 259
Virginie FRAISSINIER

1. Colloques et manifestations scientifiques

Texte intégral

PDF

« Groupes de société et crise économique », colloque organisé par les Master 2 Droit du Patrimoine-Droit notarial et Droit des affaires, sous la direction de Mme Anne-Françoise Zattara-Gros, les 4 et 5 novembre 2010.

 « Loi HADOPI, l’avenir du téléchargement sur Internet », conférence présentée par le Professeur Jérôme Huet, le 8 novembre 2010.

 « L'actualité du droit des marchés publics », Petit déjeuner du Master 2 Droit public - Territoire, risques et action publique, 24 novembre 2010, avec les interventions de :

  • Nicolas Argemi, Avocat, DS Avocats, Spécialiste en Droit Public, Ancien Directeur Juridique du Conseil Général des Bouches-du-Rhône

  • Grégory Kalfleche, Professeur de Droit Public à l’Université de La Réunion, Directeur du CRJ de la Faculté de Droit et d’Economie de La Réunion.

  • Marianna Tassone-Lagrange, Doctorante à l’Université de La Réunion, Ancienne superviseur des Marchés Publics de la Ville de Toulon.

« Les habitants des Chagos : des "Palestiniens" de l'océan Indien », conférence – débat présentée par le Professeur André Oraison, le 30 novembre 2010.

1Résumé de la conférence :

2L'histoire tragique des Chagossiens est celle d'un petit peuple de l'océan Indien dont les droits les plus élémentaires ont été sacrifiés sur l'autel des intérêts des Occidentaux, au nom de la raison d'État. Pour permettre la création d'une importante base militaire américaine à Diego Garcia, l'île principale des îles Chagos, les Britanniques ont été amenés - à l'initiative des États-Unis - à "déplacer" par la ruse et pour finir par la force tous les habitants de cet archipel. Ces derniers ont été "évacués" entre 1967 et 1973 avec le minimum de publicité des îles Diego Garcia, Peros Banhos et Salomon et dirigés, pour la plupart, vers Maurice avec la complicité des autorités politiques locales. Ainsi, après avoir été victimes d'une première déportation réalisée par des Français au XVIIIe siècle pour des raisons économiques dans le sens Mascareignes-Chagos, les Chagossiens sont de nouveau victimes, deux siècles plus tard, d'une deuxième déportation réalisée cette fois-ci par les Britanniques pour des raisons stratégiques dans le sens inverse Chagos-Mascareignes. Beaucoup parmi eux sont déjà morts en exil dans les bidonvilles des capitales mauricienne et seychelloise et, parmi les survivants nés aux Chagos, combien peuvent espérer revoir les lieux de leur enfance avant de mourir ? Il est bien difficile de répondre à un tel questionnement. Mais pour les Chagossiens, "l'espoir au cœur humain est toujours vivace" et il reste une dernière carte importante à jouer sur le plan juridique puisque l'affaire des exilés des Chagos doit encore être examinée par la Cour européenne des droits de l'homme dans le cadre du Conseil de l'Europe.

Quelques mots à propos de :  Virginie FRAISSINIER

Docteur en droit – Ancienne ATER à l’Université de La Réunion