www.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.frwww.lexoi.fr
logo
Le droit de l'Océan Indien
en un clic!

Actualités

RJOI Numéro 6 - Année 2005-2006, Page : 254
Laurent SERMET

Compte rendu du XVIIe Concours JEAN-PICTET
édition 2005

« Apprendre, s’amuser, rencontrer et concourir »Le Comité d’organisation.

Texte intégral

PDF

1Pour sa dix-septième édition, le Concours Jean Pictet s’est déroulée du 2 jusqu’au 9 avril 2005. Pour cette occasion, c’est Collonges la Rouge, petit village français situé dans la région du Limousin, qui a été choisi en mémoire de Jean Pictet, Président du Comité international de la Croix-Rouge, qui y a séjourné.

I/ Présentation générale

2« Le Concours Jean Pictet - créé en 1989 - permet aux étudiants de mettre en pratique leurs connaissances en droit international humanitaire, et cela par le biais de jeux de rôle et de simulations. » Saamia Maleck.

3Destinée aux étudiants en droit et en sciences politiques et aux étudiants appartenant aux académies militaires, le Concours Jean Pictet permet aux étudiants de mettre en pratique leurs connaissances en droit international humanitaire, par le biais de jeux de rôle et de simulations. Chaque équipe est constituée de trois étudiants représentant leur université. Des sessions francophone et anglophone se déroulent chaque jour.

4Sur la base d’un cas fictif, qui est proche des conflits internationaux actuels, les étudiants endossent chaque jour une nouvelle identité : délégué du CICR, responsable d’une ONG, représentant d’un Etat, rebelle armé… Le jeu de rôle permet ainsi d’apprendre à se comporter dans une situation de conflit. La connaissance théorique est complétée par une mise en pratique du droit international humanitaire.

II/ Edition 2005

5« Lieu de rencontre, d’apprentissage et de compétition » Olivier Mouniama. 

Qui ?

6C’est la première fois que les universités de la Réunion et de Maurice participent, par le biais d'une seule équipe, au Concours Jean Pictet. Cette première était synonyme de diversité, de mixité. L’équipe Océan Indien  était composée de :

7Mlle Saamia MALECK, étudiante en Master I, mention droit public à l’Université de la Réunion.

8M. Olivier MOUNIAMA, étudiant en Master I, mention droit public à l’Université de la Réunion.

9Mlle Chitra SERVANSING, étudiante en licence de droit à l’Université de Maurice.

Quelques chiffres :

1048 équipes, dont 30 anglophones et 18 francophones ont été sélectionnées pour concourir cette année, représentant les cinq continents, soit plus de 27 pays. 144 étudiants se sont affrontés pendant une semaine (1ère semaine d'avril).

Objectifs :

11« Discuter, argumenter sur un cas pratique » Chitra Servansing.

12Lieu de rencontre, d’apprentissage et de compétition, le Concours Jean-Pictet nous a permis de mieux appréhender la discipline juridique, l’objectif étant de concourir en discutant, en argumentant sur un cas pratique différent matin et après midi, du lundi au vendredi.

13Une semaine de plaidoiries et de simulations en droit international humanitaire pour apprendre, réfléchir, qualifier et appliquer les procédés de protection les plus adéquats à la première victime des conflits armés : la population civile.

14L’originalité de ce Concours tient aussi à la mise en place d’un système de tutorat afin de mieux guider les équipes sur la forme. Nous tenons à remercier notre tutrice Mme Malika Aït MOHAMMED, responsable de la section Principes et Valeurs à la Fédération internationale de la Croix-rouge, pour son travail remarquable, ses conseils et ses encouragements.

Quelques mots à propos de :  Laurent SERMET

Professeur à l’Université de La Réunion